Rouler à l’Isle-aux-Coudres

Nous étions déjà à Charlevoix, lorsqu’on a eu une bulle : Faire le tour de l’Isle-aux-Coudres avant de mettre le cap sur Montréal. On a pris le traversier à Saint-Joseph-de-la-Rive. En 20 minutes et pas un sous de dépensé (la traverse est gratuite), on était rendu.

À la sortie du traversier, alors qu’on montant la grosse cote, on a rigolé avec quelques cyclistes qui trouvaient notre moyen de transport beaucoup plus efficace que le leur… du moins, pour cette portion du trajet. Puis, on a filé.

 

 

img tyls
img tyls

Pour voir, goûter et sentir

Pendant 23 kilomètres, les paysages se sont succédés, plus magnifiques les uns que les autres. On s’est rempli les narines du délicieux parfum que dégage le Fleuve Saint-Laurent (odeur qu’on aime ou pas, mais nous, on adore!) et on a déniché des bijoux de petits commerces et de places cool à visiter : Le moulin de l’Isle-aux-Coudres, Le Bistro Culturel de l’Auberge de la Fascine (On y va pour la terrasse et les « trop bons » plats à partager), l’Atelier Boutique Charlotte et sa Petite place d’Art. Cette dernière expose des œuvres d’artistes talentueux et de chez nous. Ça vaut vraiment le détour.

Un seul bémol

Le seul Hic… l’attente pour le traversier. Des kilomètres de queues à attendre sous un soleil de plomb avant de prendre le traversier et de pouvoir rejoindre la terre ferme. Et non, les motos ne peuvent pas court-circuiter la ligne. C’est en tous les cas ce qu’on s’est fait répondre ce jour-là. Donc, soyez prévoyant et amenez-vous beaucoup d’eau pour ne pas sécher lors de l’attente. 

Définitivement, L’Isle-aux-Coudres est une destination à mettre à votre agenda pour la saison 2017.